Doing business 2017 : La Côte d’Ivoire régresse

Environnement des affaires

La Banque mondiale vient de publier son traditionnel rapport sur le climat des affaires dans le monde. La Côte d’Ivoire, 139ème  l’année dernière, recule de trois places au 142ème rang sur 190 pays.

Égalité de chances » ! C’est la préoccupation centrale du 14ème  rapport Doing business de la Banque mondiale sur le  climat des affaires dans le monde. Rendu public le 26 octobre 2016, le document qui évalue l’environnement des affaires, cette année dans 190 pays de la planète, classe la Côte d’Ivoire au 142ème rang des économies offrant un cadre favorable à l’activité commerciale.

Des efforts réels à faire sur 9 indicateurs

Avec ce rang, la Côte d’Ivoire, classée 139ème l’année précédente, régresse de trois places. C’est un coup d’arrêt à la progression constante que le pays a enregistré et qui l’avait fait passer de la 177ème places en 2013 à la 139ème l’année dernière. La FNISCI relève que « sur les 11 indicateurs évalués dans le Doing business, la Côte d’Ivoire n’est vraiment performante que sur deux : la création d’entreprises et le règlement d’insolvabilité pour lesquels le pays est classé honorablement 50ème et 68ème mondial ». L’organisation professionnelle du secteur industriel note que sur « les fronts de la facilité de faire des affaires, de l’obtention d’un permis de construire, du raccordement à l’électricité, de la protection des investisseurs minoritaires, du commerce transfrontalier, par exemple, la situation n’évolue pas notablement, malheureusement ».

Recul du climat des affaires et baisse de compétitivité

Bien que toujours dans le peloton des pays les plus réformateurs du continent, avec quatre réformes effectivement mises en œuvre en 2015-2016, la Côte d’Ivoire ne fait pas partie, cette année, du top 10 des économies africaines offrant un cadre des affaires encourageant l’investissement privé. « La régression du pays dans le classement Doing business 2017 corrobore le recul de compétitivité de l’économie ivoirienne consacré par la perte de huit places à l’indice de compétitivité mondiale 2016-2017 du Forum économique mondial (Wef) publié en septembre. Et cette situation en dit long sur la pertinence et l’importance des appels que le secteur privé mais aussi certains partenaires au développement n’ont de cesse de lancer au gouvernement pour une amélioration effective et cohérente de l’environnement général des affaires en Côte d’Ivoire » commente, la FNISCI.
Notons que la Côte d’Ivoire, comme l’à répété encore récemment le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, a fait le pari d’appartenir au plus tard en 2018, au groupe des cinquante premières économies de la planète offrant, dans le cadre du Doing business,  les meilleures conditions d’entreprendre.
                                                                    

www.fnisci.net

Souhaitez-vous être contacté par un de nos conseillers?


Cliquez ici