Situation économique récente : Emploi de qualité, le défi à relever

Environnement des affaires

Le groupe de la Banque mondiale produit depuis peu, un rapport sur la situation économique récente en Côte d’Ivoire pour favoriser un cadre d’échanges publics sur les questions de développement économique. Le principal message de la dernière édition est : « la réussite (en consolidation) du pays impose un contrat de confiance… qui doit garantir une croissance qui se transforme en création d’emplois pour la majorité des citoyens ivoiriens »

Le deuxième rapport analytique du groupe de la Banque mondiale sur la "situation économique récente en Côte d’Ivoire" est consacré à la problématique de l’Emploi. La raison, la croissance économique forte et rapide que connaît le pays « n’a pas encore contribué à réduire la pauvreté de manière significative » fait remarquer l’institution de Bretton Woods.

« Aujourd’hui, presque la moitié des Ivoiriens continue de vivre en situation de pauvreté (avec un consommation de moins de 737 FCFA par jour), soit un taux pratiquement cinq fois supérieur à celui qui existait en 1985 et seulement légèrement inférieur à celui de 2008 », relève, à cet effet, le rapport. Et, d’inférer qu’en « d’autres termes, les fruits de la croissance n’ont pas encore été partagés équitablement car la création d’emplois productifs rémunérateurs est restée limitée ».

Recette pour croître juste (et pas seulement vite)

Ainsi, au sens des auteurs du rapport, « le défi principal de la Côte d’Ivoire est celui de la croissance partagée ». La recette pour le relever serait, de leur point de vue, « la création d’emplois de qualité ».Toute chose dont ne se serait, malheureusement, pas accompagnée la croissance rapide de ces dernières années. 

Ainsi est-il recommandé au gouvernement « la mise en œuvre urgente d’une politique de l’emploi globale ». Le rapport proposant comme piste à explorer, dans cette optique, une stratégie visant à promouvoir la productivité dans les trois catégories d’emplois que sont : Auto-emploi & Emploi indépendant, Emploi salarié et Emploi agricole. Il prescrit une posologie précise à cet effet : « pour l’auto-emploi & emploi indépendant : sécuriser l’espace professionnel par des contrats simples, promouvoir le soutien aux jeunes entrepreneurs par des programmes combinant la formation et la fourniture de micro-crédits. Pour l’emploi salarié : encourager la création d’entreprise et le passage au formel par une simplification des procédures administratives, favoriser l’apprentissage et la formation continue par des partenariats entre les pouvoirs publics et le patronat. Pour l’emploi agricole : encourager la commercialisation de l’agriculture en facilitant la mise en réseau communautaire (des petits agriculteurs) et les partenariats le long de la chaîne de valeur et promouvoir l’accès et l’utilisation de nouvelles technologies par les exploitants agricoles de manière à réduire leur coût de production et de transaction ».

                                                                     www.fnisci.net 

 

[social_like button="facebook"] [social_like button="linkedin"] [social_like button="twitter"] [social_like]

Souhaitez-vous être contacté par un de nos conseillers?


Cliquez ici